Les chroniques de Cogito : Le "fils" de Philipp Meyer